Discerner de nouveaux possibles

 5 D pour Discerner : Dilemme, Demande, Disponibilité, Douceur, Détermination

Discerner c’est apprécier une juste décision, élaborer une solution dans une situation complexe. portant un dilemme, un enfermement. Se présentent des alternatives, des propositions contraires ou insatisfaisantes entre lesquelles on est mis en demeure de choisir. Nous sommes tous et de plus en plus confrontés à des situations où les choix sont difficiles, insatisfaisants, complexes. Avoir une procédure, une technique qui permettrait de prendre les bonnes décisions est de plus en plus illusoire dans un monde qui a perdu le contrôle. Si ceci est particulièrement visible dans la gestion politique et économique des pays, chacun de nous peut le constater dans son quotidien. 

Par exemple, dans l’entreprise, un DRH doit, vis à vis de son organisation et de ses valeurs, rechercher continuellement l’équilibre de soi et de l’ensemble du système. Lorsqu’un collaborateur ne produit pas les résultats attendus, où qu’il a des comportements toxiques alors que des formations, coaching, ont déjà été suivies,  le DRH doit exercer un discernement pour comprendre et proposer  une solution, un chemin juste pour tous.

Un manager ressent un mal-être dans son travail depuis plusieurs mois. L’exercice de son métier ne lui apporte pas de plaisir malgré une ambiance conviviale et bienveillante. Son énergie s’étiole. Il a besoin de discerner  quel changement il doit opérer pour retrouver de l’énergie.

Les exemples sont multiples aussi bien dans les domaines de la vie personnelle, professionnelle ou familiale. 

Comment choisir, décider, trouver son chemin, face à tant d’incertitude et de possibles ?
Nous sommes au coeur du sujet de discernement.
Discerner, c’est interroger, exercer les normes sociales, existentielles, relationnelles, organisationnelles pour prendre des décisions conscientes, libres, respectant au mieux son écologie personnelle  et celle de son environnement. 

Voici une proposition d’un processus pour un bon discernement :  5 D pour discerner

DILEMME

Dans un premier temps, il est nécessaire de poser le sujet, de clarifier le dilemme : quelle est la situation ? Quelles sont les possibilités pour faire avancer la situation ? Qu’est qui est en jeu ?  

Dans la première situation, les résultats du collaborateur ne sont pas au rendez-vous depuis des années, il est à 7 ans de sa retraite, le manager se plaint, l’ambiance de l’équipe se dégrade. Les possibilités sont de convoquer le collaborateur, de le changer de poste, de le licencier etc … l’enjeu concerne la performance de l’organisation, l’avenir du collaborateur. l’ambiance, la qualité managériale. 

Pour la seconde, le dilemme concerne la nécessité de travailler pour faire vivre sa famille et le désir de retrouver du goût dans ses activités quotidiennes. 

Un dilemme nous donne l’impression d’être enfermé, coincé par des nécessités, des contraintes sociales, organisationnelles, financières, légales. Le discernement consiste à se frayer un chemin à un endroit où l’impossible semble s’imposer, à créer du nouveau afin de retrouver la puissance de notre liberté ontologique affirmant ainsi que l’homme est invité à la vie et non pas à la survie.

DEMANDE

«C’est impossible, dit la Fierté
C’est risqué, dit l’Expérience
C’est sans issue, dit la Raison
Essayons, murmure le coeur !»*

Le dilemme étant posé, laissons le de coté.

La deuxième étape est de formuler une demande claire d’un désir.

Partir du postulat que TOUT EST POSSIBLE. En lâchant le mental, qui juge, qui analyse, qui castre, se tourner vers son coeur en se posant la question : « quel serait mon vrai désir ? ». En se mettant à l’écoute de son coeur, il s’agit de clarifier et d’élaborer son désir en vérité. 

A cet endroit, Il est important de vérifier que sa petite voix intérieure n’est pas en train de nous castrer par « arrête de rêver, c’est impossible, pour qui te prends tu ?….
Cette demande peut revêtir une forme dacte de foi. Un désir vient du coeur. Le mental est au service du coeur et pas l’inverse. Une joie paisible, profonde pourra alors être le signe d’une demande féconde et innovante.

La demande du DRH pourrait être : « comment proposer une fin de carrière épanouissante à ce collaborateur tout en respectant les nouvelles exigences organisationnelles ? Je voudrai trouver une solution pour que ce collaborateur finisse sa carrière au mieux pour lui et que l’organisation soit fier de sa contribution. » 

La demande du manager pourrait être : « je voudrais retrouver l’envie d’aller au travail avec l’enthousiasme de réaliser quelque chose d’utile et qui me plaise. »

DISPONIBILITE

Maintenant que le dilemme est posé, le désir clarifié, la demande exprimée, la troisième étape est se rendre disponible et de lâcher les préoccupations du sujet. Le cerveau va travailler en tâche de fonds, faisons-lui confiance. Notre conscience est connectée à l’environnement, aux autres, les conditions de la sérendipité sont activées. 

Nous pouvons alors nous recentrer sur le présent, L’ ici et maintenant avec la confiance intérieure que le travail est en route. C’est comme si vous étiez au restaurant avec des amis et que vous aviez faim : vous avez choisi vos plats avec soin, vous avez passé commande. Maintenant vous pouvez consacrer à être en pleine de présence de vos amis, les plats arriveront en son temps. C’est votre meilleur restaurant, vous savez que le service et la cuisine sont à la hauteur.

Cette mise en disponibilité est une forme de vide fertile, d’ouverture de tous les sens pour élaborer, entendre de nouveaux possibles. Au moment où vous ne vous attendez pas, viendront alors des idées, des rencontres, des surprises de tout ordre en relation avec votre sujet, votre dilemme, votre demande. Ecoutez, accueillez avec douceur tout ce qui se présente à vous.

Dans le cadre de la première situation, la DRH s’est ouvert au DG, à des pairs, au collaborateur, à écouter les expériences des uns des autres. L’entreprise a proposé un coaching de carrière au collaborateur qui a exprimé de devenir ébéniste. Celle-ci l’a accompagné dans sa reconversion.

Pour la seconde situation, le manager a commencé à en parler à un ami, puis à sa famille, s’est fait accompagner, a clarifié le mal-être, a rencontré des personnes qui ont changé de métier, de vie, a fait du tri, a discerné ses nouvelles joies et s’y est engagé. Alors qu’il était manager d’une équipe projet en informatique, il s’est orienté vers de la recherche toujours en informatique dans la même entreprise. 

 DOUCEUR

Les idées, les étapes, l’élaboration de solutions qui émergent sont à garder si elles génèrent une forme de douceur au coeur. La douceur est l’expression d’un mélange harmonieux de paix, de joie.
La solution pourra alors se tisser dans la simplicité, c’est à dire dans une harmonie juste entre le désir et la réalité. La vie apporte des idées, des solutions possibles, au service de l’épanouissement. 

Douceur de la confiance, du temps, patience du pas après l’autre est la devise de cette étape.

 DETERMINATION

Si la douceur, mélange subtil de joie et de paix est le signe de la bonne idée, d’une partie de la solution, il se peut que sa mise en oeuvre demande du courage, de l’énergie, de la détermination.

La détermination viendra aussi de la ténacité à continuer de chercher si les solutions trouvées ne sont pas complètement satisfaisantes. Dans ce cas présent, il est important de vérifier comment la demande est exprimée, si un vrai travail du coeur a été réalisé, si il y a une vraie mise en disponibilité à du nouveau. 
Etre déterminée dans cette dernière étape est comme toutes les précédentes, essentielle. La mise en action dépend de nous et notre engagement concret dans l’action. Le discernement aboutit à une décision à mettre en oeuvre parfois avec courage car elle est peut-être nouvelle, bouscule les habitudes, l’entourage …

La vie s’inscrit dans l’abondance. 
Celle-ci s’invite inlassablement lorsqu’on la routine, l’enfermement, la rigidité se glisse dans nos vies. A nous de veiller toujours et toujours, à discerner, à cheminer, à rester créateur, à faire de notre vie, chaque jour, une oeuvre unique. 

Sur ce chemin, la joie est le signe,  donne la force, et la récompense du travail réalisé.

Anne Finot

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.